L’académie Anne de Guigné regroupe une école primaire et un collège situés à Saint-Martin-Bellevue, près d’Annecy.

Il s’agit d’un établissement catholique libre (sans association avec l’État) qui a été fondé en 2015 (2017 pour le collège) par un groupe de parents souhaitant faire grandir leurs enfants en suivant les principes suivants :

  • Un enseignement traditionnel et bienveillant, avec des petits effectifs pour respecter le rythme de chaque enfant,
  • Une place centrale accordée à la musique, en constituant un choeur d’enfants,
  • La foi catholique vécue au quotidien, en demeurant respectueux et accueillant de toutes les sensibilités.

L’Académie Anne de Guigné est une école maîtrisienne, membre de la Fédération Française des Petits Chanteurs (Pueri Cantores France).

Chaque élève, écolier ou collégien, fait partie de la chorale qui se produit lors de concerts donnés environ une fois par mois dans la région.

Les chants du répertoire, régulièrement renouvelés, comprennent :

  • Des chants sacrés pour louer Dieu et la beauté de la Création, notamment dans le cadre d’animations liturgiques,
  • Des chansons traditionnelles ou de la variété française.

Nous pensons que cette démarche constitue une éducation à la beauté, mais aussi à la vie de groupe, à la responsabilité, à la maîtrise et l’affirmation de soi.

L’enseignement dispensé à l’Académie Anne de Guigné a pour vocation de transmettre aux enfants des fondamentaux solides.

La pédagogie est classique, l’accent est d’abord porté sur :

  • Des classes à petits effectifs (une douzaine d’élèves au maximum),
  • Une préservation du temps et du monde de l’enfance,
  • Une implication des parents en collaboration avec les enseignants, tous partageant cette même vision.
Pour plus de détails sur le projet pédagogique de l’école, nous vous invitons à consulter la page correspondante.

L’école est placée sous le patronage d’Anne de Guigné.

Anne de Guigné naît le 25 avril 1911 à Annecy. Ses parents sont très chrétiens et la font baptiser aussitôt après sa naissance. Les années suivantes, la famille s’agrandit avec l’arrivée d’un petit frère Jacques puis de deux petites sœurs, Magdeleine et Marie-Antoinette. Ils vivent dans une belle et grande maison au-dessus du lac d’Annecy.

Chasseur alpin, le père d’Anne est souvent absent, mais il est très attentif à toute sa petite famille et aux progrès de ses enfants. Sa femme veille attentivement à l’éducation des quatre petits. Le caractère d’Anne s’avère particulièrement difficile. Elle se montre autoritaire, désobéissante, orgueilleuse et jalouse.

La Première guerre mondiale éclate et le père d’Anne est envoyé sur le front. Il meurt peu de temps après en 1915 alors qu’Anne n’a que 4 ans. Elle est très attristée par la perte de son père et le chagrin de sa mère. Celle-ci lui dit : « Anne, si tu veux me consoler, il faut être bonne». Et Anne va alors tout faire pour la consoler et devenir bonne, mettant toute sa volonté et son énergie à combattre ses défauts par la prière et les sacrifices. Elle comprend qu’avec la grâce de Jésus, elle peut devenir meilleure. Petit à petit son caractère change : elle devient moins capricieuse, cherche à faire plaisir à tout le monde et veut aider ses frères et sœurs à devenir bons eux-aussi.

A 5 ans, elle fait sa première communion. Peu de temps après, elle reçoit le sacrement de confirmation. Elle aide les pauvres et prie pour la conversion des pécheurs.En décembre 1921, elle est atteinte d’une grave maladie cérébrale. Elle répète sans cesse : « Mon Dieu, je veux tout ce que vous voulez ». Durant toute sa maladie, elle ne cesse de penser aux autres : elle offre toutes ses souffrances à Jésus pour les malades et les pécheurs. Anne, âgée de 10 ans et demi, meurt le 14 janvier 1922, heureuse d’aller rejoindre Jésus au Ciel.

Au fait, pourquoi une école « hors contrat » ?

Une école « hors contrat », « libre » ou encore « indépendante », est une école qui n’a pas signé d’accord avec l’État. Elle ne reçoit aucune subvention publique, mais possède une certaine autonomie quant aux programmes scolaires et surtout une grande liberté quant à la méthode pédagogique. Cette démarche rencontre un succès grandissant, avec un nombre de nouveaux établissements multiplié par quatre en sept ans. 

Une école indépendante, reste, heureusement, régulièrement inspectée par les pouvoirs publics : sécurité et accessibilité des locaux, expérience du directeur, compétences des professeurs, etc. Ces écoles peuvent être de natures très variées, mais reposent la plupart du temps sur un groupe de parents soucieux de rester acteurs de l’éducation de leurs enfants.  

 

C’est ce cadre administratif qui nous a permis de développer le projet pédagogique de notre école, incluant le chœur d’enfants, des méthodes classiques d’apprentissage, la foi catholique, des petits effectifs, le respect du temps de l’enfance, la proximité avec la nature. Il ne s’agit pas de se couper du monde, mais de faire grandir nos enfants dans un espace préservé, apaisé et accueillant, afin qu’ils soient capables plus tard de s’affirmer avec maturité.  

« Construire en souplesse des êtres forts » est ainsi la devise de l’école.

 

Fermer le menu